Les arts internes chinois
Théorie et pratique

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La classification interne/externe est apparue au 19ème siècle en Chine.
Cette conception "interne" s'est développée grâce à la recherche spécifique de ces arts.Les adeptes du tai ji quan, xing yi quan, ba gua zhang cherchent à se conformer aux principes universels qui régissent les phénomènes, et que la pensée chinoise a conceptualisé avec les notions de taiji (faîte suprême), wuxing (5 éléments), bagua (huit trigrammes), yi (changement, idée), qi, yin et yang, tao...

Les maîtres du 19ème siècle ont puisé dans les classiques littéraires (yi jing, dao de jing, sun tzu) pour enrichir les concepts stratégiques et énergétiques.

Cette corrélation entre la pensée chinoise et la pratique martiale a permis aux arts populaires et guerriers d'avoir une base théorique d'une grande richesse.
Maître Sun Luntang (1861-1932) est le premier à avoir fait la synthèse des 3 arts internes.

Analysons la méthode d'entraînement du tai ji quan, du ba qua zhang, du xing yi quan pour mieux comprendre leur spécificité.

Tai ji quan
 la boxe du faîte suprême


Maître Feng Zhiqiang "taiji chen"

L'origine de cet art remonte à Chen Wangting (1600-1680). Le style chen est caractérisé par sa lenteur entrecoupée de mouvements explosifs (fajing). La période républicaine (1912-1949) a vu la codification des grands styles actuels qui s'adressent à tous les publics : le sun, le wu, le yang, le chen. Chaque style a son propre enchaînement.
L'entraînement est fait essentiellement de la répétition de la forme qui peut durer de 7 à 20 minutes selon les écoles.
A l'origine, chaque mouvement peut être appliqué en combat. Les tui shou complètent l'enchaînement. La caractéristique du tai ji est la lenteur des gestes, les mouvements arrondis et continus, le corps est détendu et souple. L'aspect santé est l'élément essentiel du tai ji quan moderne, à travers la conception du qi (souffle vital).

Maître Nui Chunming (1881-1961)

Xing yi quan
la boxe de la forme et de la pensée


Maître Wang Shujin

Cet art est le plus ancien des arts internes (vers 1600). On en attribue la paternité à Ji Longfeng (Ji Jike), un boxeur du Shanxi, spécialiste de la lance. L'école de Shanxi s'est scindée en deux pour donner l'école de Henan et l'école de Hebei. Cette dernière est la plus répandue grâce à Li Luoneng (1808-1890). A noter que Guo Yunshen fut un des meilleurs disciples de Li.
La pratique comporte essentiellement cinq formes de coups de poings mis en relation avec les cinq éléments (wuxing) et douze figures animales
(on recherche les qualités intrinsèques les animaux) : le dragon, le cheval, le phénix, l'épervier, le tigre, le lézard d'eau, l'hirondelle, l'aigle, le singe, le coq, le serpent et l'ours. On cherche à découvrir l'intention (yi) de l'animal plutôt qu'à l'imiter physiquement. Ce qui caractérise le xing yi est le travail des postures (xing) avec une intention particulière (yi), l'entraînement est linéaire avec une explosivité finale courte qui utilise la globalité du corps (zheng ti).

Xing yi quan de la région du Shanxi

Ba gua zhang
La paume des huit trigrammes


Maître Zhang zhaodong

Son créateur Dong Hai Chuan révéla cette pratique sous l'empereur Muzong en 1866. Sous l'impulsion de maîtres lettrés, cette école s'enrichit de la théorie des huit trigrammes du yi jing (le livre des changements). Chaque école intègre 8 séries de changements et 64 techniques pour correspondre au ba gua. Sa spécificité est la marche en cercle, la spirale du corps, le travail de la paume, le pas glissé. L'essentiel de l'entraînement est la répétition du pas glissé sur un cercle symbolisant le taiji (yin et yang), avec des changements de direction. Outre les enchaînements, le ba gua zhang intègre le travail des armes. On y trouve également des séquences de qi gong (travail du souffle) et des applications martiales.

Maître Li Ziujian 117 ans 
93 ans pour cette vidéo

Le  tronc commun des arts internes

L' immobilité est le commencement de tous ces arts. Elle permet de rentrer dans l'état de wu wei (non agir pour mieux agir), la lenteur des gestes pour créer l'unité du corps,
La détente du corps pour libérer les tensions et permettre au fluide et au souffle de mieux circuler,
l'élasticité et la flexibilité du mouvement pour coordonner les gestes des pieds (terre), de la tête (ciel) et des mains, alternance du plein (dur, explosivité) et du vide (détente, relâchement), regard intérieur pour cultiver le corps par le yi.

Spécificités corporelles

Epaules basses, dos arrondi, hanches ouvertes, décontraction de l'intérieur des cuisses, bassin en rétroversion. Utilisation de la pesanteur et de l'énergie cinétique pour perpétuer le mouvement.

Ces principes permettent la construction du corps et sa transformation selon la vision chinoise de l'homme.
Mais n'oublions pas que l'art de combat demande aussi l'apprentissage des applications martiales et le combat, l'étude des points sensibles et énergétiques, l'anatomie et des concepts tactiques et stratégiques. 

 Yi quan / Da cheng quan

Maître Wang Xiangzhai  (fondateur du yi quan) fut le disciple de maître Guo Yunshen (xing yi quan). Dans son périple en Chine il rencontra et échangea avec  des grands maîtres comme maître Yang Chaohou (tai ji quan) et maître Liu Fengchun (ba gua zhang). En 1920 il nomma son école yi quan. L'école est une synthèse de ses connaissances.
La particularité du yi quan est son absence d'enchaînement codifié (tao-lu). Maître Wang garda du xing yi quan l'entraînement postural et l'étude des coups de poings. Il supprima l'étude des douze formes animales mais garda les qualités instinctives à retrouver dans les postures, les déplacements et la danse de la boxe "jian wu" (voir vidéo).
Il insista sur le travail du yi (intention, pensée, imagination), chaque geste devant être exécuté avec une intention particulière. L'entraînement du yi quan est basé sur le Zhan zhuang (position de l'arbre) pour trouver l'unité du corps .Les shili (mouvements lents) permettent de trouver l'élasticité et la force du corps. Les fali (explosivité) permettent d'étudier les sorties de force à courte distance.

Maître Yao Zong Zun (1917-1985)

Où se situe le yi quan?


Maître Cui Ruibin

Le yi quan a des origines très anciennes. Maître Wang a créé son école à l'époque où les art martiaux se transforment en art de santé ou en gymnastique. Maître Wang insistait beaucoup sur l'efficacité des techniques, en gardant toutefois l'aspect santé du zhan zhuang gong (travail postural du qi gong).
Le yi quan a gardé dans son enseignement l'étude du tui shou martial et le sanshou (combat libre). Dans la plupart des autres arts internes l'étude du combat a disparu. Le yi quan est un art interne dans la transformation du corps et l'entraînement. Mais pour l'aspect combat, il ressemble aux arts externes comme la boxe. Actuellement en Chine les jeunes adeptes du yi quan font de la compétition sanda (combat).

Le changement qui est apparu au 19ème siècle relève de la volonté de civiliser la pratique des arts martiaux. Pour le petit groupe de lettrés qui fut à l'origine de cette évolution, il s'agissait de créer un art martial dont la pratique serait compatible avec les valeurs de l'élite intellectuelle. A cette époque le tai ji quan évolua vers une pratique de santé qui devait favoriser sa propagation. Maître wang a créé le yi quan en regard de l'évolution de son temps.

Maître Wang Xiangzhai (1885-1963)
a écrit :

"on est plein d'énergie, l'esprit est aussi vif que la panthère qui guette dans le brouillard, la pensée est extrêmement active, tout comme un cheval au galop ou un dragon céleste qui se déchaîne dans un hurlement assourdissant"

"Plus le corps est détendu plus la circulation est importante. Le corps est tendu si on applique la force, ce qui rend le corps inerte, pire encore cela bloque la circulation d'énergie dans le corps"

"le corps bouge comme le flux et le reflux des vagues, l'intention permet de déployer la force comme si elle était immergée. Tel un dragon nageant ou une cigogne qui joue dans l'eau, se tourner et se retourner à l'instar d'un serpent effrayé."


copyright© P.Gaggia 2000 / 2011