Histoire et Technique
YI QUAN 
La Voie de l'Harmonie du Corps et de l'Esprit

 


YI
: pensée créatrice, volonté, intention supérieure
QUAN : boxe, poing

 
 

Petit Historique

Le YI QUAN a été créé en 1925 par Maître Wang Xiangzhai (1885-1963)
Après avoir suivi l'enseignement de Maître Kuo Yun Seng (grand Maître de xing yi quan) et parcouru la Chine du nord au sud pour étudier et observer les autres styles, il mit au point sa méthode.
Son successeur Maître Yao Zong Xun (1917-1985), dont les deux fils et le meilleur élève Maître Cui Rui Bin continuent l'enseignement à Pékin, . Ilias Calimintzos, seul Occidental à avoir été initié par Maitre Yao Zong Xun, enseigne à Paris. Les deux professeurs de l'association AYQY sont ses élèves.
En France, il existe un programme spécifique pour l'enseignement du Yi Quan mis en place par la fédération des Arts Martiaux Chinois

 

   Maître Yao Zongxun     Yao Chengguang         Yao Chengrong           Cui Ruibin         Ilias Calimintzos
 

Techniques

Le YI QUAN est basé sur un entraînement postural ( ZHAN ZHUANG GONG )
Il existe 8 domaines dans la pratique :

   1. Zhan Zhuang  : postures d'enracinement
   2. Jiji Zhuang: postures pour le combat 
   3. Shi-li : essayer la force, mouvements lents              
   4. Moca-bu : marche, déplacements
   5. Fa-li : sortir la force
   6. Tui Shou : poussée des mains
   7. Jian Wu : les danses du yi quan
   8. Entrainement au sac de frappe

L'étude des techniques de combat avec partenaires se fait tout au long de ce processus d'apprentissage.

Lien vers le site sur le Yi Quan de Richard Bertrand "disciple de Maître Cui Rui Bin"
https://asc-yiquan.jimdo.com/pratique/zhan-zhuang/

 
 

 

Maître Cui Ruibin pratiquant le "Jian Wu"

 

 
 

Les quatre premières étapes permettent de créer l'homogénéité du corps et son renforcement selon les Arts Internes Chinois (neijia)
basés sur :

   Décontraction,                              Contrôle du centre nerveux,
   Circulation de l'énergie vitale,       Placement articulaire,
   Direction de force,                       Sensibilité du plein et du vide.

Les étapes suivantes sont l'apprentissage des techniques martiales pour l'application avec partenaire (distance, rythme, stratégie, contact).

Le Tui Shou  est un élément important dans leYi Quan. Il permet d'acquérir la sensibilité du toucher (le plein et le vide) et d'appréhender "la distance courte" de combat avec plus de sérénité.

 

 
 

La pensée chinoise et le yi quan

Maître Wang a vécu une éducation traditionnelle emprunte de pensée chinoise classique. Dans son premier traité de 1928, il aborde des notions comme les 5 éléments, le qi, yin et yang, la force interne, les méthodes anciennes d'entraînement. Il a décrit sa propre vision de la pensée chinoise en relation avec l'art de combat.

Voici deux petits extraits du premier traité de Maître Wang Xiangzhai écrit en 1928 :

"Le principe juste du yi quan"
 yi quan zhenggui  

" Dans la méthode de recherche de la puissance, la lenteur surpasse
la rapidité, il faut plutôt être détendu qu'impatient et le plus important de tout est de ne pas utiliser la "force maladroite et brute". Quand vous pratiquez, vous devez laisser la nature amener la liaison de toutes les jointures du corps entier, n'ayez pas la moindre stagnation; Les os doivent être agiles, les muscles et les tendons doivent s'étirer, la chair doit être à l'aise et le sang doit couler librement comme la source qui apporte l'eau."

" les six harmonies peuvent être divisées entre interne et externe : l'harmonie du cœur et la pensée, l'harmonie de la pensée et du qi, l'harmonie du qi et de la force sont les trois harmonies internes.

L'harmonie des mains et des pieds, l'harmonie des coudes et des genoux et l'harmonie des épaules et des hanches sont des harmonies externes. Aussi, l'harmonie des muscles et des os, l'harmonie des dents et la chair, et l'harmonie des poumons et des reins, sont trois harmonies internes, tandis que l'harmonie de la tête et des mains, l'harmonie des mains et du torse et l'harmonie du torse et des pieds sont trois harmonies externes.

En résumé, l'esprit dans l'harmonie, la force dans l'harmonie, la ligne du déplacement du corps dans l'harmonie, toutes les parties du corps dans l'harmonie, ceci est appelé harmonie. Sans  mouvements ou postures opposés à ces harmonies, cela est appelé harmonie".


Texte de Maître Wang Xiangzhaï sur le "zhan zhuang gong" 

Texte de Maître Wang Xiangzhaï sur la pratique martiale 

 

© P.Gaggia 2015